Les contrats de location comportent normalement une clause indiquant le nombre de kilomètres autorisé pour la durée du contrat. Par exemple, un contrat d’une durée de 48 mois peut être assorti d’un kilométrage autorisé de 80 000 kilomètres.

Taux par kilomètre excédentaire

Vous pouvez exiger des frais additionnels lorsque le consommateur dépasse la limite de kilométrage autorisé seulement si le contrat de location mentionne le taux par kilomètre excédentaire.

Absence de limite de kilométrage autorisé

Si le contrat de location ne prévoit pas de limite de kilométrage autorisé ou ne fait pas mention d’un tarif pour les kilomètres excédentaires, vous ne pouvez pas réclamer de frais au consommateur.

Fractionnement du kilométrage

Pour un contrat de 48 mois assorti d’un kilométrage autorisé de 80 000 kilomètres, le kilométrage n’est pas fractionné en un maximum de 20 000 kilomètres par année. Le locataire pourrait parcourir 40 000 kilomètres durant la 1re année et ensuite planifier une utilisation réduite pour le reste de la location afin de ne pas dépasser 80 000 kilomètres. Il ne paierait pas de frais supplémentaires à la fin de son contrat.

Si le contrat ne prévoit pas de fractionnement du kilométrage autorisé, vous ne pouvez pas réclamer de frais pour du kilométrage excédentaire durant le bail ou à la suite d’une fin prématurée de celui-ci.


Dernière modification : 24 novembre 2017

Vous n'avez pas trouvé réponse à vos questions? Nous vous invitons à nous téléphoner.

L'information présentée dans cette page a été vulgarisée pour en favoriser la compréhension. Elle ne remplace pas les textes des lois et des règlements.