Peu importe où vous magasinez votre auto d’occasion, prenez la bonne décision. Pour vous aider, l’Office de la protection du consommateur vous propose quelques conseils.

Conseils avant d'acheter une auto d'occasion chez un commerçant

Fixez le prix que vous êtes en mesure de payer

Tenez compte des coûts liés :

  • aux assurances;
  • à l’immatriculation;
  • à l’achat de pneus d’hiver;
  • à l’entretien;
  • à la consommation d’essence.

Renseignez-vous
sur le commerçant

A-t-il déjà été mis en demeure par ses clients? L’Office est-il intervenu auprès de lui?

Les réponses à vos questions se trouvent dans l’outil Se renseigner sur un commerçant.


Faites affaire avec un commerçant qui respecte la loi

  • Il est titulaire d’un permis de commerçant de véhicules routiers de l’Office. Ainsi, en cas de problème, vous pourriez demander à être indemnisé. Le vendeur vous dit qu’il n’a pas besoin de permis parce qu’il n’en vend pas assez d’autos? Méfiez-vous, c’est faux!
  • Il affiche une étiquette sur l’auto et vous la remet lors de l’achat. Elle présente des renseignements qui vous aideront à prendre une décision éclairée.
  • Il vous fait essayer l’auto. Vous avez le droit de prendre votre temps et de faire plus que le tour d’un pâté de maisons.
  • Il vous permet de faire inspecter l’auto, vous laisse choisir le mécanicien qui s’en chargera et n’exige pas de frais à cet effet. Toutefois, il pourrait vous demander un objet en garantie, comme une carte d’identité.
  • Il vous donne, parce que vous les demandez, les coordonnées du propriétaire précédent.
  • Il vous remet un contrat écrit. Exigez que le commerçant y inscrive toutes les déclarations qu’il vous a faites.

Évitez de fâcheux événements

  • Trouvez des indices sur la fiabilité du véhicule en demandant son historique auprès de la Société de l’assurance automobile du Québec ou auprès d’une entreprise spécialisée offrant ce service dans le Web.
  • Vérifiez que l’auto n’est pas affectée d’une dette dont vous pourriez vous retrouver responsable, grâce au Registre des droits personnels et réels mobiliers (RDPRM).
  • Assurez-vous qu’il ne s’agit pas d’une voiture rapportée comme volée, en consultant le Centre d’information de la police canadienne.
  • Ne signez aucun document tant que vous n’avez pas décidé d’acheter l’automobile. Contrairement à la croyance populaire, vous n’avez pas droit à un délai de 10 jours pour revenir en arrière.

Plus de conseils

Vous trouverez de l’information plus détaillée et davantage de conseils dans la section Avant d’acheter une auto d’occasion chez un commerçant.

Une section de notre site est aussi consacrée à l’achat d’une automobile d’occasion auprès d’un particulier.

Dernière modification : 18 octobre 2018

Vous n'avez pas trouvé réponse à vos questions? Nous vous invitons à nous téléphoner.

L'information présentée dans cette page a été vulgarisée pour en favoriser la compréhension. Elle ne remplace pas les textes des lois et des règlements.