Y laisser sa chemise!

Objectifs visés :

  • Prendre conscience de l’interdépendance des pays, des déséquilibres dans la répartition des richesses et des inégalités dans le développement du monde contemporain;
  • Prendre conscience qu’une partie des problèmes économiques et environnementaux des pays en voie de développement est tributaire des actions qui y sont accomplies par les pays industrialisés;
  • Découvrir différentes stratégies publicitaires;
  • Prendre conscience de différents moyens d’action qui permettent une consommation responsable.

Description :

Partagés en équipes représentant de petites entreprises, les élèves sont invités à fabriquer des chemises en origami en échange d’un salaire qui doit demeurer secret jusqu’à nouvel ordre. Une fois le salaire accordé, chaque équipe devra faire un budget, à partir de feuillets publicitaires provenant de marchés d’alimentation, pour préparer les repas d’une journée. Certains mangeront à leur faim, d’autres n’y parviendront pas. À la suite de cette mise en situation, les élèves établissent des parallèles avec la situation des travailleurs dans les pays en voie de développement.

Matériel :

Amorce :

Indiquer aux élèves que vous avez reçu une demande de la direction de l’école afin de fabriquer des chemises en origami. Elles serviront à sensibiliser la communauté aux conditions de travail des travailleurs du textile.

Demander aux élèves s’ils sont prêts à consacrer 30 minutes de leur temps de classe pour fabriquer ces chemises.

Séparer la classe en équipes de 2 élèves et leur mentionner que chaque équipe représente une entreprise manufacturière différente. Inviter les élèves à fabriquer des chemises de papier à l’aide des indications présentées dans le document Une chemise en origami. Leur rappeler qu’ils disposent de 30 minutes pour fabriquer les chemises et que les équipes qui réussiront à faire la plus grande quantité de chemises pendant cette période seront récompensées.

Circuler de table en table en stimulant les élèves à produire le plus de chemises possible. Agir un peu à la façon d’un contremaître.

Arrêter le travail au bout de 30 minutes.

 

 

Consignes :

Au hasard, distribuer à chaque élève un chèque correspondant au travail exécuté par chaque équipe. Voir le document Des chèques à distribuer.

Avertir les élèves que le salaire qui leur est versé doit demeurer secret et qu’en aucun cas, il ne doit être communiqué aux autres équipes.

Expliquer aux élèves que le salaire qu’ils ont reçu correspond au salaire versé pour une journée de travail à des travailleurs du textile dans divers pays du monde.

Distribuer à chaque équipe un feuillet publicitaire provenant d’un marché d’alimentation.

À partir du salaire reçu, inviter les élèves à faire un budget en vue de préparer 3 repas pour 2 personnes pour une journée, et ce, en utilisant les feuillets publicitaires mis à leur disposition. Exiger des élèves que les repas soient équilibrés autant que possible. Inviter les élèves à présenter leur budget. Les amener à réaliser que ce n’est pas tout le monde qui pourra subvenir à ses besoins : certains ne mangeront pas à leur faim, alors que d’autres auront encore de l’argent à dépenser après avoir mangé.

Demander aux élèves s’ils savent pourquoi certains bouclent leur budget et pourquoi d’autres ne réussissent pas à le faire.

Amener les élèves à discuter du salaire reçu en fonction de la tâche qu’ils avaient à accomplir. Leur poser des questions telles que :

 

  • Que penses-tu du fait que des gens qui travaillent à une même tâche reçoivent des salaires avec un écart aussi prononcé?
  • Pourquoi en est-il ainsi?
  • Qu’est-ce qui fait que 2 travailleurs exécutant exactement la même tâche reçoivent des salaires inégaux?

Demander aux élèves de trouver la provenance de l’un de leurs vêtements, comme une chemise, un chandail ou un gilet, en consultant l’étiquette qui y est apposée.

Inscrire le nom de ces pays au tableau.

Demander aux équipes de préparer un tableau à 3 colonnes indiquant 3 catégories de pays producteurs (produit ici, produit dans un autre pays industrialisé, produit dans un pays en voie de développement). Les inviter à transcrire le nom de chacun des pays à l’endroit correspondant.

Mentionner aux élèves que vous désirez vous procurer une chemise. Selon eux, la chemise convoitée, à qualité égale, sera-t-elle plus chère ou moins chère si elle est produite ici, si elle est produite dans un autre pays industrialisé ou si elle produite dans un pays en voie de développement? Noter les réponses des élèves.

Engager une discussion avec les élèves à partir des questions suivantes :

  • Est-ce normal que le coût d’une chemise provenant de la Corée soit moins élevé que celui d’une chemise fabriquée au Canada?
  • Pourquoi?

 

Amener les élèves à faire des liens avec la provenance du produit.

En principe, les frais de production devraient être plus élevés, notamment à cause du transport. Mentionner aux élèves qu’à qualité égale, l’article le moins cher risque fort d’avoir été produit dans des conditions qui nuisent à l’environnement et qui ne profitent pas aux populations locales.

Expliquer aux élèves que certaines compagnies qui se vantent d’avoir les prix les plus bas ne se soucient guère des conditions de travail de leurs employés. Leur but est de faire le plus de profits possible. Lorsqu’on pose des gestes qui ont rapport avec la consommation, il est donc important de s’informer de l’éthique des compagnies. Autrement, on risque d’encourager des situations déplorables.

Mentionner aux élèves que de plus en plus de gens sont conscients de ces inégalités. En Europe, l’étiquette Made in dignity (Produit dans la dignité) permet de créer des liens plus étroits entre les consommateurs et les producteurs par l’intermédiaire du commerce équitable.

 

 

Conclusion :

Conclure l’activité en invitant les élèves à trouver des solutions de consommation responsable, sans pour autant encourager des situations d’iniquité et d’injustice.

Au besoin, pour alimenter la discussion, s’inspirer de la liste de solutions suivantes :

  • Ne plus acheter l’article en question : c’est une solution courageuse.
  • Consommer moins : permet d’éviter le gaspillage.
  • Faire des achats en vrac : permet d’éviter l’emballage à l’excès.
  • Fabriquer les choses soi-même, confectionner ses vêtements, cuisiner sa nourriture, etc. : permet de faire des économies appréciables.
  • Acheter des produits locaux : permet d’encourager l’économie locale.
  • Opter pour des produits équitables : favorise la dignité des travailleurs.