Consommer des biens et des services

Objectifs visés :

  • Indiquer des facteurs déterminant la consommation;
  • Indiquer des raisons pour lesquelles les habitudes de consommation peuvent changer;
  • Indiquer des responsabilités des consommateurs.

Description :

L'enseignant anime une discussion en classe sur la consommation de biens et de services. En petits groupes, les élèves analysent leurs derniers achats.

Matériel :

  • Des pistes de réponse et de réflexion sont fournies à l’enseignant pour lui permettre d’alimenter la discussion.

Amorce :

Exercice préparatoire : s’il le juge pertinent, l’enseignant pourrait, au cours précédent, demander aux élèves de faire la liste de leurs achats (en indiquant leur prix) des trois dernières semaines.

Pour amorcer l’activité, l’enseignant anime une discussion en classe. Il interroge les élèves :

Q – Quand vous achetez un bien, à quoi pensez-vous?

R – Au prix, à la qualité du produit, à l’environnement, à mes besoins, au look, à l’utilité, aux commentaires que je vais recevoir des autres, etc.

Q – En quoi votre consommation est-elle différente de celle de vos parents? De vos amis?

R – Faire ressortir que la consommation varie d’un individu à l’autre en fonction des valeurs, des priorités, de l’âge, du sexe, du revenu, du contexte économique, etc.

Q – Quelle est votre démarche pour décider d’acheter un bien plutôt qu’un autre?

R – Plusieurs réponses peuvent être données par les élèves. Il faudrait faire ressortir les éléments suivants :

  • Évaluer mes besoins
  • Énumérer les différentes options qui s’offrent à moi
  • M’informer* sur les différentes options en consultant Internet, mes parents, mes amis et en allant dans différents magasins
  • Comparer les options en fonction de l’information recueillie
  • Faire mon choix
  • Évaluer ma décision

* Quels sont les éléments à considérer dans ma recherche pour choisir un produit? Durabilité du produit, garantie, politique d’échange et de remboursement du magasin, prix, réputation du service à la clientèle, satisfaction des clients par rapport au produit.

Q – À la lumière de la démarche d’achat établie, sur quoi s’appuient vos décisions de faire les achats que vous avez faits au cours des trois dernières semaines (question à poser si l’exercice préparatoire suggéré a été réalisé)?

R – En se référant à la liste des achats réalisée comme exercice préparatoire à l’activité, les élèves doivent évaluer si leurs décisions d’achat s’appuient sur une démarche réfléchie ou impulsive.

Q – Qu’est-ce qui influence vos décisions d’achat?

R – Amis, famille, publicité, vendeurs, médias, mode, pression sociale, budget, convictions, multinationales, autre?

Pourquoi? Pour renforcer mon sentiment d’appartenance, parce que je fais confiance aux habitudes de consommation de ma famille, parce que tout le monde en possède, parce que j’achète en fonction de mes valeurs, etc.

Si l’exercice préparatoire suggéré a été réalisé, demandez aux élèves quels facteurs ont influencé leurs achats des trois dernières semaines.

Q – Qu’est-ce qu’un besoin? Donnez des exemples.

R – Les besoins de base doivent absolument être comblés pour que nous puissions survivre. Par exemple, nous devons nécessairement satisfaire nos besoins de boire, de nous nourrir, de nous vêtir, de nous loger, de nous chauffer, de nous protéger, de créer des liens avec d’autres individus, etc. Ainsi, nous n’avons pas le choix d’acheter de la nourriture et des vêtements, de payer pour de l’électricité, d’avoir un logement, etc.

Q – À quoi reconnaît-on les besoins?

R – Les besoins se reconnaissent souvent par leur universalité, c’est-à-dire qu’ils sont les mêmes pour tout le monde. Ils viennent d’un manque ou en causent un s’ils ne sont pas satisfaits. Par exemple, le manque de nourriture entraîne la faim, et si nous ne comblons pas ce besoin, nous allons manquer d’énergie et nous ne serons pas capables de nous concentrer.

Q – Qu’est-ce qu’un désir? Donnez des exemples.

R – Les désirs viennent de la volonté, de l’envie, plutôt que de la nécessité. Leur satisfaction n’est pas essentielle, mais elle rend la vie plus agréable. Parmi eux, on trouve le désir de manger des friandises, d’acheter un jeu vidéo, d’avoir une nouvelle paire de souliers à la mode, d’aller au cinéma ou au restaurant, etc. Contrairement aux besoins, les désirs ne viennent pas d’un manque et ils n’en provoquent pas s’ils ne sont pas satisfaits. Combler un désir nous procure un sentiment agréable, qui est toutefois de courte durée.

Nous confondons souvent besoin et désir. Avoir besoin de nourriture, d’eau, de vêtements chauds ou de communiquer avec des gens n’est donc pas la même chose qu’avoir envie d’un modèle de vélo ultra-performant, de la nouvelle barre de chocolat annoncée à la télévision ou de passer l’après-midi au centre d’amusement. Lorsque nous achetons des produits et des services dont nous n’avons pas besoin, nous risquons à moyen terme de nous endetter. Consommer, c’est faire des choix, puisque nous ne pouvons pas tout acheter.

Q – Qu’est-ce qui fait varier les désirs?

R – Nos goûts, nos priorités personnelles, la culture et la mode vont définir nos décisions d’achat. Ce n’est pas le cas des besoins. Par exemple, un jeune qui vit au Québec aujourd’hui a à peu près les mêmes besoins de base qu’un jeune qui vivait en Russie il y a 20 ans (se nourrir, boire, se loger, se vêtir, se chauffer, se protéger, créer des liens, etc.). Par contre, ces deux jeunes ont assurément des désirs bien différents parce qu’ils ne vivent pas à la même époque, dans le même contexte et dans la même culture. Leur réalité est différente.

Consignes :

Les élèves se placent en petits groupes et répondent aux questions suivantes :

  • Lors de mes derniers achats, quelles questions me suis-je posées avant de procéder à l’achat?
  • Quelles sont les questions que nous devrions nous poser avant de procéder à un achat?

Par la suite, l’enseignant anime un retour en plénière. Voici des idées de questions qui pourraient ressortir durant la plénière :

  • À quoi cet objet va-t-il me servir?
  • À quel besoin véritable cet objet va-t-il répondre?
  • Qu’est-ce que je possède déjà qui pourrait être récupéré, échangé ou réutilisé?
  • Combien de temps vais-je utiliser cet objet si je l’achète?
  • Serai-je plus heureux si je possède cet objet? Comment? Pourquoi? Pour combien de temps?

Conclusion :

Nos envies d’achat répondent souvent à des désirs qui sont probablement temporaires, puisqu’ils seront éventuellement remplacés par d’autres désirs plus « à la mode ».

Activités de réinvestissement

L’enseignant peut inviter les élèves à faire une recherche à la maison sur les options qui s’offrent à eux pour consommer différemment, et à réfléchir au sujet des options qu’ils seraient prêts à intégrer dans leur mode de vie. Cet exercice pourrait faire l’objet d’une discussion lors du prochain cours.

Voici des pistes de réflexion : privilégier la qualité des biens plutôt que la quantité, acheter des biens d’occasion, consommer moins, consommer des produits locaux, mettre en pratique les 3R (réduire, réutiliser, recycler), faire du troc, etc.

Ressources complémentaires

www.option-consommateurs.org/volet-jeunesse/templates/achete-toi-une-vie/pdf/guide-achete-toi-une-vie.pdf

Trousse Achète-toi une vie réalisée par le volet jeunesse d’Option consommateurs. Cette trousse s’adresse aux jeunes de 14 à 21 ans et comprend un guide d’information et d’exercices, des capsules vidéo éducatives et des extraits de courts métrages réalisés par des jeunes. Grâce au guide Achète-toi une vie, les jeunes découvrent comment connaître leurs besoins et la façon dont ils peuvent utiliser cette connaissance pour avoir une meilleure maîtrise sur leurs finances personnelles et leur vie.