La plateforme d’aide au règlement des litiges en ligne (PARLe) fournit aux consommateurs et aux commerçants un service rapide et gratuit pour résoudre un litige qui les oppose.

Développée par le Laboratoire de cyberjustice de l’Université de Montréal et adaptée aux besoins de l’Office, elle permet aux consommateurs et aux commerçants de négocier et, s’il y a lieu, de recourir aux services d'un médiateur indépendant.

PARLe offre un environnement neutre, confidentiel et sécurisé, entièrement en ligne, pour traiter des litiges hors des tribunaux, peu importe la valeur du bien ou du service en cause.

Conditions d’utilisation

Pour entreprendre une démarche dans PARLe, le consommateur doit d’abord communiquer avec l’Office de la protection du consommateur. Il doit également remplir certaines conditions, notamment :

  • avoir un problème de nature exclusivement civile, par exemple lié :

    • à l’application des garanties;
    • aux délais de livraison d’un bien;
    • à la conformité du bien livré ou du service reçu avec le bien ou le service acheté;

  • être à l’aise d’utiliser des outils en ligne, c’est-à-dire avoir l’habitude de faire des achats ou de remplir des formulaires sur Internet;
  • avoir un problème qui met en cause l’un des commerçants participants.

Lors de son lancement, en novembre 2016, PARLe comptait une vingtaine de commerçants participants, dont des magasins à grande surface, des détaillants de meubles et d’électroménagers, des commerçants d’automobiles d’occasion et des commerçants du domaine du voyage.

Si le consommateur répond aux conditions, un agent de l’Office lui transmettra par courriel les renseignements nécessaires à la création d’un compte sur PARLe et à l’utilisation de la plateforme.

Haut de la page

Vous recommandez cette page :http://www.opc.gouv.qc.ca/a-propos/parle/

Dernière modification : 20 décembre 2016

Vous n'avez pas trouvé réponse à vos questions? Nous vous invitons à nous téléphoner.

L'information présentée dans cette page a été vulgarisée pour en favoriser la compréhension. Elle ne remplace pas les textes des lois et des règlements.