M’hypnotise, ne m’hypnotisera pas!

Objectifs visés :

  • Prendre conscience de l’effet de certains facteurs d’influence sur ses habitudes de consommation;
  • Poser un regard critique sur les stratégies publicitaires et les autres facteurs qui incitent les gens à consommer à l’excès;
  • Reconnaître des stratégies publicitaires utilisées pour vendre des produits;
  • Différencier ses besoins de ses désirs;
  • Développer le réflexe de s’informer avant de prendre une décision d’achat.

Description :

Par la réalisation de murales publicitaires et l’analyse de publicités, les élèves sont amenés à découvrir les stratégies de persuasion mises en œuvre pour les inciter à consommer. Par la suite, la classe est transformée en agence de publicité où les élèves sont invités à faire usage de leur imagination pour sensibiliser les gens aux problèmes de surconsommation.

Matériel :

  • Magazines, journaux et publicités à découper (demander la collaboration des parents pour en fournir);
  • Ciseaux, colle en bâton et grands cartons;
  • Document La construction du message.

Amorce :

Raconter aux élèves ce qu’Imazine a rédigé dans son calepin à la suite d’une journée passée au pays de la consommation.

Dès mon arrivée à l’aéroport, je me suis demandé dans quelle espèce de monde j’avais abouti. Sur tout le parcours du tapis roulant qui me conduisait vers la sortie de l’aéroport, d’immenses réclames clamaient des slogans en tout genre :

  • « Besoin d’une voiture? Loc’Auto est là pour vous servir! »
  • « Avec le parfum Hummm!, vous sentirez bon. »
  • « James Bond utilise la montre Clic-Cloc, pourquoi pas vous? »
  • « À la banque Clic-Clic, vos affaires prendront leur envol! »
  • « Votre voyage vous a épuisés? Achetez vite un spa Splash. »
  • « La mauvaise odeur vous colle à la peau? Utilisez le vaporisateur Pouch-Pouch! »

Intrigué par tant de bizarreries, j’ai décidé de héler au plus vite un taxi. Dans ma tête, la même rengaine se bousculait : Humm, clic, cloc, splash, pouch, humm, clic, cloc, splash, pouch… J’étais incapable d’arrêter cette bousculade d’idées jusqu’à ce que le chauffeur décide d’ouvrir la radio. Une litanie de messages publicitaires a pris la relève des slogans écrits :

  • « Entrez chez radiateur Ratté, vous en sortirez radieux. »
  • « Si vous voulez être à la mode, passez à L’habit ne fait pas le moine. »
  • « Sortez à la disco Bing-Bang. Nous, on n’est pas sorteux! »
  • « Aujourd’hui seulement, venez gratter nos gratteux : 10 %, 15 % ou même 25 % de réduction garantie! »

Devant toutes ces incitations à consommer, un mal de tête terrible m’a obligé à placer mes mains sur mes oreilles. Je ne voulais plus rien entendre. Alors que le taxi s’engouffrait dans un grand boulevard, j’ai regardé par la fenêtre. Partout, des réclames, des néons clignotants, des couleurs criardes. S’il avait fallu que j’arrête à tous les Big Wac, Burger Kling, Poulet Coco, Poutine Tinetine, sous-marins Machin, ce n’est pas d’un taxi dont j’aurais eu besoin, mais bien d’un autobus.

Arrivé à la station de métro, je me suis dirigé vers les toilettes publiques. Dans les escaliers y menant, encore des publicités. Toujours des publicités! J’ai vite ouvert la porte. « À l’intérieur au moins, je serai tranquille », me dis-je. Et bien non! Les publicités s’étaient infiltrées jusque-là. La bière Glou-glou, celle qui descend bien, y était annoncée juste à côté du Gym Beau-corps où l’on fait des rencontres épatantes.

Enfin, je suis arrivé à l’hôtel. Épuisé par le voyage, fatigué par tant de tapage, je me suis étendu sur le lit et j’ai décidé d’ouvrir la télévision, histoire de me changer les idées. Il fallait que je tombe sur une infopublicité, sur 30 minutes considérées comme sans messages publicitaires où l’animateur et ses invités vantaient pourtant, à notre intention, les mérites des matelas Dodo! Avec un geste d’impatience, j’ai coupé court aux bienfaits d’un matelas hypothétique pour tirer profit du lit véritable qui s’offrait à moi dans une chambre où le silence, enfin, pouvait régner en maître. Me demandant si mes rêves seraient composés de messages publicitaires et si le tout se transformerait en cauchemar, je suis tombée dans les bras de Morphée.

Demander aux élèves de commenter l’histoire d’Imazine. Entamer la conversation en leur demandant des questions du genre : 

  • Où est situé ce fameux pays de la consommation?
  • Est-ce qu’il serait possible que ce soit chez nous?

Diviser la classe en équipes de 3 élèves. Inviter chacune d’elles à énumérer les principaux lieux ou les médias qui ont exposé Imazine au tapage publicitaire.

Demander aux équipes de remplir, à partir de leurs observations personnelles, une carte d’exploration leur permettant d’explorer les divers lieux dans leur environnement (autour de l’école et dans le quartier) où sont diffusées les publicités, ou de retracer les médias qui les transmettent.

En groupe, compléter cette carte d’exploration et inviter une équipe à fabriquer une affiche reproduisant cette carte.

Consignes :

Proposer aux équipes de fabriquer des murales publicitaires. Pour ce faire, leur procurer de vieilles revues, de vieilles publicités imprimées, etc.

Inviter les équipes à feuilleter les revues et les journaux à la recherche de publicités. Demander à chaque équipe de dresser une liste des thèmes qu’elles abordent.

En groupe, relever les principaux thèmes abordés. Retenir autant de thèmes qu’il y a d’équipes au sein de la classe. Répartir les thèmes entre les équipes. Puis, inviter chaque équipe à découper et à coller sur le carton les publicités qui traitent de leur thème, afin d’en faire une murale.

Inviter chaque équipe à présenter sa murale. En groupe, questionner chacune des équipes à tour de rôle en s’inspirant des questions suivantes :

 

  • Quel thème regroupe le plus grand nombre de publicités?
  • Quelle influence les publicités exercent-elles sur toi?
  • Quelle publicité préfères-tu? Pourquoi?
  • Quelle publicité te rejoint le moins? Pourquoi?
  • À qui s’adressent principalement les publicités correspondant au thème choisi par ton équipe? (La publicité commerciale s’adressant aux enfants de moins de 13 ans est interdite au Québec.)
  • Quelles sont les intentions des auteurs de ces publicités?
  • Quels besoins essaient-ils de satisfaire?
  • Est-ce que les auteurs réussissent à te convaincre d’acheter leurs produits?
  • Comment s’y prennent-ils pour y parvenir?
  • Quelles sont les valeurs véhiculées dans cette publicité?
  • Est-ce que la publicité te dicte une manière d’agir?
  • Te suggère-t-elle d’adopter des comportements souhaitables?
  • As-tu déjà été tenté par un bien, ou t’es-tu déjà procuré un bien, après avoir vu ou entendu une publicité qui en vantait les mérites?

 

Indiquer aux élèves que les publicités ne visent pas seulement à les inciter à acheter un produit ou un autre. Par exemple, elles peuvent : les inviter à changer des habitudes, les informer, les distraire, leur donner des idées, leur apprendre des choses, les sensibiliser à des problèmes, à la misère, à la beauté, à la justice, etc.

Proposer à la classe de se transformer en agence de publicité. Mentionner aux équipes qu’elles devront concevoir une publicité dont l’objectif est de sensibiliser les autres élèves et les parents à la surconsommation.

Amener les élèves à prendre conscience des moyens qu’utilisent les publicitaires pour inciter la population à se procurer le bien ou le service annoncé. Distribuer aux équipes le document La construction du message, et les inviter à en prendre connaissance.

Superviser le travail des équipes. Vérifier si chacune d’elles intègre correctement les divers éléments de la construction du message.

Organiser une présentation des publicités en classe. Commenter les présentations.

Conclusion :

Après les présentations, demander aux élèves s’ils connaissent d’autres sources d’influence que la publicité, par exemple, la famille, les amis, la mode, les ressources financières, etc.

Inviter les élèves à trouver des exemples concrets qui prouvent l’influence de chacune de ces sources.

Conclure en mentionnant aux élèves que, plus on se laisse influencer, moins on est libre d’exercer des choix valables qui correspondent réellement à ses besoins. D’où l’importance de se montrer critique, de différencier ses besoins de ses désirs, de se méfier des modes, bref d’être des consommateurs avertis!

 

Activités de réinvestissement :

Afin d’aiguiser le sens critique des enfants, les inviter à analyser d’autres publicités.

Les encourager à produire un texte. Les inciter à imaginer un pays sans publicité, en donnant les raisons de cette situation et en faisant connaître les conséquences qui en résulteraient.